Douce STIB

Image

A côté de moi, il y a une grosse connasse puante qui lit mes notes! Grosse! Connasse! Puante!

J’aurais tant aimé écrire ça dans mon carnet de scribouilleuse tout à l’heure dans le métro. Mais, tout à l’heure dans le métro, j’étais si absorbée que je ne l’ai pas vue, cette nana avec le nez dans mes notes de blog. Tout à l’heure dans le métro, une autre lui a remonté les bretelles. On connaît les stewards, les agents de sécurité, on connaît moins les justicières de la STIB. Celles-là veillent à ton bien-être et redressent la situation avant même que tu ne t’en rendes compte. Une fois l’élément perturbateur sorti du métro, la justicière vient te parler. Un « Merci! » et la revoilà attentive à d’autres gentils méfaits. Un beau métier pour lequel je postulerais bien (Sauf entre Etangs Noirs et Aumale, svp!). Quelqu’un qui veille sur les autres comme ça, ça s’appelle un ange gardien. Oui, peut-être, mais je ne peux pas terminer mon article sur une musique d’Amélie Poulain en l’ayant commencé par « Connasse ».

Publicités