Cher journal

violetta
Je t’ai relu tout récemment et ai pris la douloureuse décision de te noyer. Je n’ai pas de feu ouvert et n’avais pas envie de te déchirer page par page (12 cahiers tout de même). Trop pénible pour moi, tu comprends, de replonger dans mes années ingrates. Celles où je traitais tout le monde de con ou de giga (selon le jour, l’heure, la minute), où j’écrivais des lettres d’amour à des animateurs télé, où je parlais sans cesse du prince charmant sorte de mix entre Dylan McKay, Cricri d’Amour et le voisin d’en face à qui je n’ai jamais finalement parlé. J’étais fière de mes mots, des mes appels au secours, de mes poésies en rimes très riches et pensais que j’allais relire ses lignes avec émotion 20 ans après.
J’ai lu, été agacée par cette ado bigleuse dans tous les sens du terme, surprise par ce changement d’écriture le jour où elle a troqué ses grosses lunettes contre des lentilles et attendrie par le récit des premiers jours, premiers mois avec Chéridamour. J’avais aussi oublié mon rêve obsédant d’écrire pour de vrai qui s’est au final réalisé. Un peu d’émotion, pas trop, juste assez pour me dire que je n’ai pas envie que mes bêtes pensées soient lues par d’autres après ma mort. Préservons le mythe de la Perfect Mom!

Euh, bêtasse, et un blog, euh, tu crois que c’est quoi???

Publicités

2 réflexions sur “Cher journal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s